L’Infini est Amour. Abbé Pierre

Posted on 28 novembre 2012

0


L’Infini est Amour. Cette notion de l’Infini me saoule un peu. Oserais-je dire que je m’y sens à l’aise ? (Ceux qui) font l’offrande de leur vie, en eux se déclenche au réveil ce mouvement qui, sans heurt, renouvelle l’offrande. Ce mouvement restera ininterrompu, quoi que l’on ait à faire – prendre le train, parler, travailler, etc. -, la prière ne cesse pas. Tout acte sera offert. Une telle offrande n’est nullement mutilante. Car il s’agit d’Amour. Et la définition de l’Amou

r, surtout dans sa forme a plus absolue, à l’égard de Dieu, c’est « être plus, hors de soi ».

Avec la révélation que j’en ai, comment pourrais- je imaginer mettre cet Amour en moi ? Le récipient est bien trop petit! Il ne peut y avoir de rencontre de Dieu que par la sortie de soi. L’homme et la femme qui s’aiment le savent : leur Amour n’est pas en eux. Il est hors d’eux. L’Amour nous fait sortir de nous-même. On voit bien comment, chez les mystiques, cette sortie hors de soi conduit à une dépersonnalisation, qui est en fait un surpersonnalisation.

Il n’est pas imaginable que la rencontre de l’Infini se fasse dans ma maison. Il faut d’abord en passer par un dépouillement. La rencontre ne peut avoir lieu que dans Sa maison. Alors, elle sera épanouissante. Eblouissante. L’Amour fait extase. Au sens étymologique : action d’être hors de soi. L’Amour te met dehors, mais pour être plus.

Dans l’Adoration, à la recherche de cet Amour, on se tient – comme dans l’image de la barque à laquelle je reviens toujours- la voile tendue. La voile tendue, c’est l’appel au vent. Qu’on ne s’y trompe pas : il n’y a rien de passif dans cette disposition. D’ailleurs, une fois unis le vent et la voile, reste à apprendre à se servir du gouvernail. C’est souvent difficile, parfois pénible de vivre dans cet appel, cette supplication. (…) Dépouillé, tout nu, l’adorant s’expose sans être sûr. (…) C’est la part d’épreuve: que Ta volonté soit faite. Voilà une parole d’une imprudence folle ! Car, sa volonté, c’est : soyez parfaits comme votre Père est parfait… (… : Accepter Sa volonté même dans les épreuves envoyées,…) Là encore, rien de passif, puisque le croyant est animé par la volonté : « Que ton Nom soit Sanctifié, que Ton règne vienne ».

– Abbé Pierre, dans « Dieu merci » (Bayard Editions/Centurion)

Où que vous vous trouviez, quelle que soit votre situation, soyez à jamais celui qui aime.
– Rumi –
Publicités